2.2 Observer les galaxies

L’observatoire Vera C. Rubin – anciennement LSST – est en cours de construction au Chili et dès la fin 2022 va entamer le plus grand relevé astronomique jamais effectué. Le groupe du LAPP a choisi d’étudier plus particulièrement les amas de galaxies lointaines.


DÉCOUVRIR: Véra Rubin, et l’observatoire qui porte désormais son nom

Un épisode de la série « chercheuses d’étoiles » : Vera Rubin – La matière noire, ce fantôme qui hante le cosmos

Site de la partie française de la collaboration


EN SAVOIR PLUS : sur l’observation systématique du ciel

Amphis Pour Tous : Cosmologie, comment en sommes nous arrivés là ? – Par Dominique Boutigny


DÉFIS TECHNIQUES : alarmes & avalanche de données

Plus d’informations sur le site du LAPP et sur le fil twitter de Rubin-LSST France.

1.2 Deux infinis, deux modèles standards

DÉCOUVRIR : les liens entre le cosmos et les expériences en laboratoire

Le livre, gratuit et en ligne : Passeport pour les deux infinis

Exposition en ligne : 50 ans de physique des deux infinis

Video : zoom sur l’infiniment petit . Ou, en anglais : Powers of Ten (1977)


EN SAVOIR PLUS : sur les modèles « standard » des deux infinis

Infiniment petit – La physique des particules

Amphis Pour Tous : Physique des particules , le grand écart ? , par Paul Sorba

Infiniment grand – Big bang et cosmologie

Amphis Pour Tous : Cent ans de cosmologie, ou la naissance du big bang, par Richard Taillet


RÉALISATIONS : en 2016 le LAPP fête ses 40 ans, en 2021 l’IN2P3 passe le cap des 50 ans.

Dans la chronologie des 50 ans de l’IN2P3 : ne manquez pas le LAPP

Journal du CNRS : La France a été présente dans toutes les grandes découvertes du domaine

En 2016, le LAPP fête ses 40 ans !

1.1 EUTOPIA

Au LAPP et au LAPTh, environ 200 personnes, chercheurs, doctorants, ingénieurs, techniciens, personnels administratifs et visiteurs participent à des recherches sur constituants de la matière, leurs interactions fondamentales, ainsi que les connections entre l’infiniment petit et les grandes structures de l’univers.


DÉCOUVRIR : deux laboratoires

C’est au sein de collaborations internationales regroupant des milliers de chercheurs que les équipes du LAPP poursuivent des programmes expérimentaux auprès des grands accélérateurs du CERN ou des grands instruments dédiés à l’observation des signaux en provenance du cosmos. Le programme scientifique s’articule selon trois thématiques principales : mesures auprès des accélérateurs de particules, étude des neutrinos, observation du cosmos.

Présentation, sur le site du laboratoire : lapp.in2p3.fr

Pour la physique théorique, les activités du LAPTh sont centrées autour de trois grands thèmes de recherche: phénoménologie en physique des particules, astroparticules et cosmologie, physique mathématique, en particulier en théorie des champs, cordes et symétries.

Présentation, sur le site du laboratoire : lapth.cnrs.fr


EN SAVOIR PLUS : sur la recherche au CNRS, ses buts et ses métiers

CHERCHER – DÉCOUVRIR – COMPRENDRE . L’étude des deux infinis est la vocation de l’IN2P3, institut du CNRS qui fête en 2021 :

Cinquante ans de physique des deux infinis.

CONCEVOIR – REALISER – TRANSMETTRE . Les services techniques du laboratoire conçoivent des instruments toujours plus performants, capables de fonctionner dans des environnements extrêmes : électronique de lecture des signaux issus des détecteurs, systèmes mécaniques alliant automatisme et contrôle vibratoire, systèmes de refroidissement, modélisation et simulation. Le calcul scientifique et le stockage des données font appel à des compétences variées, tout autant que la mise en musique des déplacement, partenariats européens, ressources humaines et financières. Autant d’aspects qui sont au coeur des visites de l’Espace Découvertes.

Entrez au CNRS, mini-reportage CNRS tourné au LAPP


RÉALISATIONS : l’ Espace Découvertes

EUTOPIA a été conçue comme un espace vivant qui se développera sur la durée, grâce à des apports multiples, avec 3 fils rouges :

  • Promouvoir la science et les réalisations du laboratoire auprès des jeunes publics
  • Mettre en valeur les projets et partenariats au niveau local, national et international
  • Soutenir l’évolution de la société en développant des échanges avec le public, les élèves et professeurs, les spécialistes d’autres champs de recherche.

3.1 Ondes gravitationnelles

Nées dans une nébuleuse, les étoiles les plus massives meurent de façon extrêmement violente en s’effondrant sur elles-mêmes. Leurs restes, devenus étoiles à neutron ou trous noirs, entrent parfois en collision avec la réplique d’un astre compagnon, engendrant d’infimes vibrations de l’espace-temps : les ondes gravitationnelles, prédites par Einstein en 1916 et détectées un siècle plus tard.


DÉCOUVRIR : des mouvements infinitésimaux, pour une découverte majeure


Le LAPP fait partie de la collaboration VIRGO

Visages familiers dans un reportage du CNRS: Détecter les ondes gravitationnelles

En anglais, mais très visuel : le principe de détection


EN SAVOIR PLUS : sur le principe d’interférométrie et l’analyse des données

Amphis pour Tous :


Science ouverte et partage des données : Gravitational Waves Open Science Center


DÉFIS TECHNIQUES: de Virgo à Advanced Virgo et… ET ?

Sur le site web du LAPP : activités en cours

Un projet de deuxième génération en Europe : Einstein telescope

4.1 Particules élémentaires

Les collisions de protons permettent de créer au CERN de nouvelles particules dont certaines, instables, n’existaient qu’au début de l’univers.

En étudiant leurs interactions, les physiciens cartographient patiemment un monde fait pour l’instant de douze briques élémentaires, quatre forces, et du boson de Higgs.


DÉCOUVRIR : produire, détecter et identifier les particules

Par une de nos collègues d’ATLAS : Le modèle standard , comment ça marche ?


EN SAVOIR PLUS : sur le programme scientifique du LHC

Sur le site web du CERN : une série qui revient sur les 10 premières années de physique du LHC

Sur la contribution française et les dernières nouvelles : LHC France

GROS PLAN SUR : les expériences ATLAS et LHCb

Lors de la constitution des équipes et des collaborations, le LAPP a choisi de contribuer à deux d’entre elles : ATLAS et LHCb. Ces engagement de longue – très longue – durée ont couvert des domaines de compétence très variés : conception, construction, exploitation, calibration, maintenance et amélioration de parties importantes du détecteur, collecte, traitement et analyse des données, responsabilités d’encadrement, etc.

Site web du laboratoire :